Toute Petite

Time to wake up, before being stupid

9 Commentaires

age of stupid

C’est rare que j’écrive ici sur des thèmes qui touchent de près ou de loin à la politique. Ce n’est pas vraiment la vocation de ce blog et j’ai envie qu’il reste une petite bulle rose et légère. N’empêche que certains sujets me font réagir. Le changement climatique par exemple.

Parce que, jusqu’à récemment, je n’avais que vaguement conscience de l’imminence de la menace. Parce que, même si certains effets sont déjà bien visibles, on a du mal à se sentir pleinement concerné tant qu’on n’est pas directement touché. Parce qu’on a besoin d’en parler et d’agir vite pour enrayer ce phénomène.

 

C’est pour cela que j’ai envie de vous parler du film documentaire The Age of Stupid de Franny Armstrong. L’histoire est la nôtre : en 2050, la planète est presque détruite par la faute des hommes et un survivant compile une série de documentaires tournés dans les années 2000.

Le film présente une vision claire des conséquences du réchauffement climatique. A travers des reportages et des archives, on suit quelques personnages, acteurs et témoins des changements climatiques aux 4 coins de la Terre. Et on mesure l’ampleur du phénomène, la difficulté à changer les mentalités et les modes de vie, les contraintes de développement des pays du Sud … et le chemin à parcourir pour inverser la tendance.

 

ultimatum

 

Les associations qui soutiennent le film, regroupées en France au sein d’Ultimatum Climatique, oeuvrent dans ce sens. Et de mon côté, j’ai pris conscience d’un fait important : il va falloir revoir à la baisse notre train de vie, génération par génération. La consommation à outrance n’est plus possible, il faudra consommer mieux (et moins) et renoncer rapidement à certains aspects bien confortables de la vie moderne (l’avion notamment…).

C’est plus facile à dire qu’à faire. Et surtout pour avoir un réel impact, ces actions doivent être mises en oeuvre au plus haut niveau. L’ambition de ce film est de provoquer une prise de conscience de l’ensemble des décideurs quant à l’importance du réchauffement climatique et au choix qu’ils auront à faire en décembre prochain lors de la conférence de Copenhague sur l’avenir du protocole de Kyoto.

 

global wake up

 

Pour agir à notre niveau, on peut déjà s’informer et en parler, en allant voir le film par exemple (même si ça risque d’être difficile de le voir en salle en France… les dates sont ).

On peut également signer l’appel au Président de la République en vue de la conférence de Copenhague du 12 décembre ou encore participer au flashmob organisé le 21 septembre prochain à 12h18 pour réveiller les gouvernements en France et partout dans le monde à travers le Global Wake Up Call, à l’initiave de Kofi Annan.

 

global wake up sep 21

Publicités

9 réflexions sur “Time to wake up, before being stupid

  1. Ce genre de films m’intéresse toujours, et m’inquiète aussi.
    C’est fou ce que la consommation est une chose banale, c’est fou ce que la destruction progressive de la planète est une chose banale, et c’est cela qui m’effraie le plus!

  2. C’est d’avoir fait ce post !
    Effectivement, une prise de conscience est nécessaire !

  3. La dégradation de notre environnement est une préoccupation majeure… par contre, parler de changement climatique issu de l’activité humaine comme un fait avéré est faux, voire dangeureux…

    Faux mais bénéfique lorsqu’il s’agit de changer nos habitudes de consommation énergétique compte tenu de la finitude de nos réserves en charbon, pétrole et gaz…
    mais faux et dangereux lorsqu’il s’agit de pénaliser l’économie ou pire encore de détourner des aides humanitaires vers la lutte contre le réchauffement climatique.

    http://www.lepost.fr/article/2009/08/28/1672365_taxe-carbone-victime-d-un-mythe-planetaire_1_0_1.html

  4. Non mais je rêve ou Didier Rousté se fait de l’auto promo 😉

    On ne peut pas non plus dire de manière définitive que l’activité humaine n’a aucune conséquence sur le climat. Par exemple, la formation d’ouragans ainsi que leur force dépendent de facteurs comme la température de l’eau. Or l’activité humaine contribue dans certaines zones à une hausse de la température de l’eau et a donc une influence directe sur la force de l’ouragan (exemple au Canada : http://www.ec.gc.ca/ouragans-hurricanes/default.asp?lang=Fr&n=4A490D1C-1, et explications des facteurs nécessaires à la formation d’ouragans : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/dossiers/meteo/03.html)

    Il ne s’agit donc pas forcément de réchauffement climatique sur le mode « il fait 2 degrés de plus partout » mais plutôt d’une influence indirecte sur le déclenchement de catastrophes climatiques (indirecte ou partielle peut-on dire car la température de l’eau dans les Océans varie bien sûr en fonction d’autres paramètres que la chaleur créée par l’activité humaine).

    Pour un complément d’info, il y a ça aussi : http://www.statcan.gc.ca/pub/16-201-x/2007000/10542-fra.htm

  5. Je ne vois toujours pas de preuve de l’influence de l’activité humaine dans le réchauffement climatique dans tes articles… D’ailleurs, l’article sur Juan précise que le rôle joué par la température de l’eau est incertain.

    Tout ce que je veux dire est que « lutter contre le réchauffement climatique » revient à se battre contre des moulins… d’autant plus que le consensus sur ce sujet masque un manque total de preuves scientifiques.

    Si on reprend les articles que tu cites, ils parlent de la température de l’eau sans vraiment en être sûr et évoque les pertubations du Gulf Stream…
    Or les déréglements du Gulf Stream dûs au réchauffement climatique engendreraient plutôt un refroidissement des eaux de surface de l’Atlantique nord, plusieurs causes à cela: la fonte de la calotte glacière, le débit ralentit du Gulf Stream qui limitent la remontée des eaux chaudes tropicales,…

    Enfin, tout ça devient bien compliqué (il est question de circulation thermohaline, de courants verticaux de densité,…). Et l’impression que ça me donne est qu’on se focalise sur un phénomène (le réchauffement climatique) non avéré et sur lequel on ne sait pas si l’homme peut avoir une quelconque influence.

    Alors qu’en ce qui concerne la gestion des écosystèmes (eau, fertilité des sols ou êtres vivants), il y a fort à faire et nous disposons de techniques pour faire face à ces défis.

  6. @ l’armadio del delitto : c’est exactement ce qui m’a interpelé dans ce film, et ce qui rend un changement si difficile

    @ Stéphanie : c’est pas facile d’éviter le discours moralisateur sur ce sujet, surtout qu’il faut vraiment prendre conscience de l’ampleur du pb pour agir vite et bien

    @ Didier et Alex : doucement là! en effet, je n’ai absolument pas approfondi les causalités scientifiques entre activité humaine et réchauffement climatique (d’ailleurs, merci pour vos éclairages respectifs) et le propos ici concerne tout autant le caractère fini de nos ressources. Et là, il y a fort à faire!

  7. moi je dis ceci : il faut pas mettre la clim quand il fait 25°, en été il fait chaud c’est pour ça que c’est l’été, on prend pas sa voiture pour aller chercher le pain, on fait pas du jetski à saint Tropez, on utilise les feuilles des deux côtés, surtout pour imprimer son bon de réduction chez Etam (!), et comme dit les américains, brûle des calories au lieu de l’éléctricité (en gros prends pas l’ascenseur mais les escaliers)

    voila c’était pour faire retomber la pression du débat !
    bises la jolie Aurélie

  8. comme DISENT (oh puté la honte !)

  9. en tout cas c’est la classe d’avoir un blog lu (et commenté) par Claude Allègre